L'École Intégrée des Sourds de Porto-Novo

Nouvelles de l’Ecole de LOUHO, fin août 2020

Malgré les conditions difficiles (1), le cru 2020 de l’Ecole intégrée des sourds de Louho à Porto-Novo sera bon au regard de la réussite aux examens : très bons, voire excellents pour le CEP, corrects pour le BEPC (il faut s’interroger sur les difficultés de l’épreuve orale pour les sourds), mais remarquables pour le Bac.

CEP : 24 admis sur 25 entendants présentés / au niveau des sourds : 7 admis sur 12 présentés.
BEPC : 8 admis sur 15 entendants présentés / au niveau des sourds : 3 admis sur 14 présentés

Résultats au bac : 32 candidats présentés dont 17 admis  (3 sourds et 14 entendants).

Parmi les enfants parrainés :

3- NANSI Rodolphine admise au CEP ( ASUNOES FRANCE)
2- LAGOYE Melaine admise au BEPC (ASUNOES FRANCE)
3- DAH DENON Gisèle admise au CEP (ASUNOES BELGIQUE)
4- HOUEDEDJAN Fabrice admis au CEP (ASUNOES BELGIQUE)
5- HOUESSOU Martine admise au BAC ( ASUNOES BELGIQUE)
6- MIKPONLINKPON Clément admis au BAC (ASUNOES BELGIQUE)

Rappelons que l’école de Louho a été fermée du 30 mars au 10 mai, lorsqu’a été mis en place un cordon sanitaire autour de la ville de Porto-Novo : les élèves de Louho ont quitté le CAEIS, à l’exception de 33 enfants qui n’ont pas pu rentrer chez eux et sont restés à l’internat.

La reprise scolaire s’est effectuée le lundi 11 mai pour certaines classes seulement : CM2 (préparation à l’examen du certificat d’études primaires CEP) et toutes les classes du secondaire.

Les examens ont eu lieu entre 06 juillet (CEP) et le 20 aout (dernières épreuves orales du bac)

Les écoliers des classes de primaire, du Cours d’Initiation (CI) au Cours moyen 1ère année (CM1) sont retournés en cours le 10 août jusqu’au 4 septembre et subiront leurs évaluations du 7 au 11 septembre 2020, puis effectueront la rentrée scolaire 2020-2021, le 28 septembre 2020 en même temps que tous les autres apprenants.

L’OMS et l’UNICEF ont plaidé pour la réouverture des écoles en Afrique : « L’impact à long terme de la fermeture des écoles risque de nuire encore plus aux enfants, à leur avenir et à leurs communautés ».

Pendant toute cette période, les associations partenaires sont restées solidaires de l’école de Louho et ont aidé son fonctionnement autant que possible : soutien de Pharmaciens sans frontière-Vendée pour le matériel sanitaire, ASUNOES-France pour la production de produits alimentaires à la ferme de Sakété sous la supervisation de Sénock Ountin, ancien élève de Louho.

De son côté, ASUNOES-Belgique a pu convaincre le WBI (Wallonie Bruxelles International) – dans le cadre de la coopération bilatérale directe – de consacrer à peu près la moitié du subside de l’année 2020 pour le poste « nourriture » (un peu plus de 4000 euros sur 7833 euros) pour compenser les impayés dûs par les familles.

En effet, comme le souligne le rapport d’Oxfam (publié le 9 juillet 2020), le ralentissement de l’économie et les mesures de confinement ont touché de plein fouet les travailleurs informels. « Sous cette catégorie, les économistes regroupent tous ceux qui travaillent sans être enregistrés au niveau national, le plus souvent depuis la rue ou leur domicile. Le secteur regroupe 85,8% des emplois en Afrique. Privés de leurs revenus et dépourvus de toute protection sociale, ils ont aussi dû faire face à une augmentation du prix des denrées».

Le subside a permis également de continuer l’équipement de la salle informatique et le démarrage de la réalisation d’un DVD à destination des personnes sourdes du Bénin.

On remarque, dans tous les pays européens comme aux USA, que les communiqués officiels liés aux mesures prises pour la Covid19 sont toujours interprétés en langue des signes à la télévision, ce qui n’est pas le cas au Bénin. C’est pourquoi ASUNOES-Belgique, en liaison avec Raymond Sekpon, directeur du CAEIS, a déposé un autre dossier dans le cadre de l’appel à projet du WBI – coopération bilatérale indirecte – afin d’informer les personnes sourdes par des videos en langue des signes, et fournir aux lieux qu’ils fréquentent (associations, écoles, églises) des dispositifs de lavage de mains. Ceci viendrait en complément de l’effort fait par la Belgique dans le cadre de la coopération pour l’éducation sanitaire et la protection par les « gestes barrière ». La réponse sera connue en septembre.

Concernant le projet de coopérative des femmes sourdes de l’Ouémé, deux d’entre elles ont démarré au centre Songhai leur formation pour apprendre la transformation agro-alimentaire des produits (issus de la ferme de Sakété) : il s’agit de Christine Olohounto HEVIEFO et Georgette HOUNNAKIN ; elles sont accompagnées de deux interprètes qui se relaient : Patricia KOUNNOU et Albertine AKPLOGAN.

Afin de mieux comprendre et assimiler le contenu de la formation, il est intéressant de souligner qu’elles recherchent des signes correspondant au nouveau vocabulaire qu’elles reçoivent pendant la formation. La demande de subside envoyée à la commune d’Uccle a été axée sur ce projet de la coopérative des femmes sourdes, et rappelons l’engagement de l’AISBL «Femmes d’Europe» pour la construction de la boutique dont le financement a malheureusement été repoussé en raison de la pandémie.

A cause de ce contexte également, le stage prévu à Bruxelles en septembre pour deux éducateurs spécialisés de Louho au centre d’hébergement pour sourds de « la Clé » a été repoussé d’un an. De même a été repoussée au printemps 2021 l’assemblée générale du Réseau Francophone en déficience sensorielle et du langage (RFDSL) qui devait se tenir fin octobre 2020 à Porto-Novo.

Pour finir, si l’école de Louho et son personnel n’ont pas été touchés par la Covid, il y a eu malheureusement des problèmes de santé : un cancer du foie a emporté Théodore KODJEVO, professeur de mathématiques et de physique ; une maîtresse de CE2 atteinte de drépanocytose est décédée après l’accouchement de son bébé ; enfin l’enseignant Aristide DJAGBA, qui avait été envoyé à l’école des sourds « les Cajoutiers » de Dakar a fait un AVC il y a un mois et reste paralysé des deux membres du côté droit. La fondatrice de l’école, Mme Sophie Camara, a pris en charge ses frais d’hospitalisation et le billet d’avion pour que sa femme puisse le rejoindre au Sénégal.

——————————————————————————————————————-

(1) A la date du 17 Août 2020, le Bénin compte 2095 cas confirmés de COVID 19 et 39 décès, principalement dans le sud du pays : départements Littoral, Atlantique, Ouémé